ENIEM reprend la production le 1er Août

0

Due à un non renouvellement de la licence d’importation des sélections CKD, la production au niveau de l’ENIEM est bloquée depuis le 1 er juillet.

Après un congé forcé d’un mois causé par la suspension de la production, Le président-directeur général de cette entreprise Djilali Mouazer a affirmé que les employés de l’Entreprise Nationale des Industries de l’Électroménager (ENIEM) d’Oued Aissi regagneront leurs postes le 1 er août 2019, et il a témoigné aussi  qu’ils vont « récupérer la matière première déjà achetée ».

Après avoir fixé la date de la reprise, une réunion entre les représentants de la banque extérieur  d’Algérie (BEA) et les responsables de l’ENIEM devait avoir lieu afin de discuter et de régler le problème de  l’autorisation d’utilisation de crédits bloquée par la banque, il y’a aussi le problème de l’indisponibilité des crédits, car l’utilisation de ces derniers est bloquée par la (BEA), même pour l’exploitation et le paiement des fournisseurs.

Le PDG Djilali Mouazer a déclaré que  «Le problème majeur de l’ENIEM est le blocage par la banque de l’utilisation des crédits. Cette dernière ne nous donne plus de crédits, même pour l’exploitation et les approvisionnements ».

Puisque le ministère de l’industrie et des mines a bloqué la production de Eniem, la direction d’entreprise était obligé d’accordé un congé annuel aux employés, elle a maintenu un service minimum pour le service commercial et l’administration, étant donné que la matière première destinée à la fabrication des climatiseurs, réfrigérateurs et cuisinières, entre autres, n’était plus disponible au niveau des ateliers.

Lundi, le PDG de l’ENIEM a été reçu par le président de l’Assemblée populaire de wilaya de Tizi Ouzou, Youcef Aouchiche, et ce dernier a montré son soutien et l’entière solidarité de l’APW avec la direction de l’ENIEM et ses ouvriers.

Dans une déclaration publique, L’APW de Tizi Ouzou a énoncé qu’elle « considère que la préservation des emplois et des entreprises publiques économiques est une ligne rouge à ne pas franchir et n’acceptera jamais de faire payer au peuple et aux ouvriers les conséquences désastreuses d’une gestion mafieuse de l’économie nationale». Les responsables de l’Assemblée de la wilaya ont lancé un appel «urgent à toutes les parties concernées, notamment la banque de domiciliation, pour débloquer la situation de l’entreprise qui dispose d’ailleurs d’un carnet de commandes qui avoisine les 200 milliards de centimes».

Source: Rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.