Alger, ville intelligente: plus de 300 startup participent au projet

0

Plus de 300 start-up algériennes spécialisées dans les technologies numériques et solutions innovantes contribuent à la concrétisation sur le terrain du projet « Alger, ville intelligente », a affirmé dimanche le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh.

Présidant l’ouverture de la 1ère édition de la rencontre des acteurs du système économique, technologique et entrepreneurial, organisée au centre technologique « Dar-Tech » à Dounia Parc (Ouled Fayet) en présence du Pdg du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Keddour, M. Zoukh a réaffirmé l’accompagnement de ces start-up et le soutien à ses hubs en vue de contribuer au développement de l’économie nationale à travers l’offre d’emplois, notamment au profit des jeunes diplômés des universités et instituts « .

Au total, douze hubs ont été mis sur pied depuis 2017 dans le cadre du plan stratégique de modernisation de la capitale 2035 à travers la création de start-up, dont les solutions innovantes demeurent stratégiques pour transformer la capitale en ville intelligente, a rappelé M. Zoukh soulignant, à ce propos, que le groupe Sonatrach constituait un partenaire efficace dans l’accompagnement des start-up.

Pour sa part, Riad Hartani, expert international en intelligence artificielle et conseiller du wali d’Alger pour le projet « Alger, ville intelligente », a passé en revue les plus importantes étapes réalisées du projet et les réalisations des start-up et des hubs activant dans le secteur des technologies de pointe en termes de solutions dans le cadre du laboratoire expérimental des villes intelligentes et le centre d’innovation technologique.

« Les start-up algériennes spécialisées en technologie de pointe que j’accompagne proposent des solutions innovantes et réalistes dans  la création de villes intelligentes », poursuit ce chercheur titulaire d’un doctorat en intelligence artificielle de l’université de Paris et propriétaire du parc technologique à la Silicon Valley aux Etats-Unis.

Le même responsable a indiqué que les technologies de l’information et de la communication étaient « au centre de la conception des villes intelligentes » et comporte toutes les dimensions ayant trait aux opérations de suivi et de collecte d’informations, la publication des données et le développement des activités de la ville intelligente (intelligence artificielle, analyse, …), soulignant que la dimension principale dans la conception de la ville intelligente consistaient en la distribution optimale de la base de données de cette ville dans différentes structures et administrations intelligentes ainsi qu’en faveur des citoyens.

Pour sa part, la responsable des investissements dans les projets d’ »Alger, Ville intelligente » et les start-up, Mme Slimani Fatiha a indiqué que cette rencontre constituait un bilan de l’activité de ces start-up, les porteurs de projets et les hubs ayant pu financer leurs projets et avoir la confiance des banques et des opérateurs économiques, d’autant qu’elle est une opportunité pour découvrir les innovations proposées par certains en vue de moderniser les services et les applications

La même responsable a affirmé que l’objectif principal de cette manifestation était d’ »encourager et de créer la coopération effective » entre les start-up, les différents opérateurs économiques et les investisseurs à l’image des banques en vue de financer les différents projets présentés dans le cadre de « Alger, Ville intelligente ».

Adoptant les technologies de pointe, ces start-up ont assuré un grand nombre d’emplois en faveur des jeunes notamment les diplômés universitaires dans différentes spécialités scientifiques et techniques, a-t-elle ajouté, annonçant, à cette occasion, l’organisation d’un concours dans le domaine de l’innovation technologique et numérique.

Ont participé à cette rencontre des porteurs de projets, des diplômés d’instituts technologiques et différents acteurs dans le domaine de la technologie, du numérique et de l’entrepreunariat, outre des spécialistes ayant présenté leurs expériences dans le domaine de l’informatique, des télécommunications et des services.

Source: APS

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.